évaluation sommaire favorable

Évaluation sommaire favorable

Première infraction de conduite avec les facultés affaiblies

Le 15 mai 2014, Jean, après une soirée au restaurant avec ses amis, prend le volant pour rentrer à la maison.

En route vers sa résidence, il omet d’effectuer un arrêt obligatoire (stop) et est intercepté par les policiers en patrouille dans son quartier.

Un des policiers va à la rencontre de Jean. Il lui demande ses papiers (permis de conduire, certificat d’immatriculation et preuve d’assurance automobile) et lui indique la raison de son interception, soit d’avoir omis d’arrêter son véhicule automobile face à un panneau d’arrêt.

Lorsque Jean s’adresse au policier, ce dernier remarque que l’haleine de Jean sent l’alcool.

Suite à cette constatation, le policier indique à Jean qu’il sent « la boisson ». Jean lui indique alors qu’il arrive du restaurant et qu’il a pris un verre de vin avec son repas.

Le policier demande alors à Jean de sortir de son véhicule afin de procéder à un test à l’aide de l’appareil de détection d’alcool approuvé (ADA) .

Jean accepte d’effectuer le test de dépistage et obtient le résultat « FAIL » (échec).

Arrestation pour alcool au volant

Le policier met immédiatement Jean en état d’arrestation pour conduite avec les facultés affaiblies, lui donne ses droits et ordonne à Jean de le suivre au poste de police afin d’effectuer les prélèvements d’haleine nécessaires afin de déterminer son alcoolémie à l’aide d’un ivressomètre.

Une fois au poste de police, Jean fournit deux échantillons d’haleine et l’ivressomètre enregistre des résultats de 128 et 135 mg d’alcool par 100 ml de sang.

Le permis de conduire de Jean est immédiatement suspendu pour une période de 90 jours, soit du 15 mai au 13 août 2014 inclusivement.

Ainsi, Jean peut utiliser son permis de conduire à compter du 14 août 2014, sans aucune restriction, tant et aussi longtemps qu’il n’est pas reconnu coupable par la Cour ou qu’il plaide coupable à l’infraction reprochée, soit conduite avec les facultés affaiblies alors que son alcoolémie dépassait 80 mg d’alcool/100 ml de sang en vertu de l’article 253 du Code criminel canadien.

Sentence pour alcool au volant

Le28 août 2014, Jean se présente à la Cour pour sa comparution et décide de plaider coupable d’avoir conduit son véhicule moteur avec plus de 80 mg d’alcool par 100 ml de sang.

Comme Jean n’a aucun antécédent judiciaire, le Juge impose alors une amende de $1200,00, une suramende de $360,00 ainsi que les frais de Cour. De plus, le Juge prononce une interdiction de conduire tout véhicule moteur, partout au Canada, pour une période d’une année et saisit le permis de conduire de Jean.

Évaluation sommaire demandée

Quelques semaines après avoir plaidé coupable, Jean reçoit une demande d’évaluation sommaire par la SAAQ. Le coût de cette évaluation est de $300,00.

Jean s’inscrit en ligne à cette évaluation et, quelques jours après son inscription, il reçoit un appel de l’ACRDQ (Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec) afin de fixer une date pour cette évaluation.

L’évaluation a lieu le 13 octobre 2014. Quelques jours après cette évaluation, Jean reçoit une confirmation de l’ACRDQ et la SAAQ à l’effet de l’évaluation sommaire est favorable.

La loi prévoit que même si le Juge a prononcé une interdiction de conduire pendant une période de 1 an, il est possible de récupérer son permis de conduire après une période de 3 mois si le contrevenant est inscrit à un programme prévoyant l’utilisation d’un antidémarreur.

Donc, comme l’évaluation sommaire est favorable, Jean peut récupérer son permis de conduire le 28 novembre 2014, soit 3 mois après son plaidoyer de culpabilité dans sa cause d’alcool au volant. Cependant, il doit obligatoirement faire installer un anti-démarreur dans son véhicule dès le 28 novembre 2014, à défaut de quoi, son permis de conduire demeurera révoqué tant et aussi longtemps qu’il n’aura pas un appareil éthylométrique fonctionnel dans son véhicule automobile.

De plus, il devra garder l’antidémarreur jusqu’au 28 août 2015, date à laquelle son permis de conduire ne sera plus sanctionné (soit un an après sa condamnation).

Que se passe-t-il si Jean refuse d’installer un éthylomètre dans son véhicule? Il lui sera strictement interdit de conduire un véhicule moteur pour une période d’une année.

PARTAGEZ CETTE PAGE:
Cette entrée a été publiée dans Sanctions alcool au volant, et marquée avec , , , , le par .