évaluation sommaire favorable

Évaluation sommaire favorable

Première infraction de conduite avec les facultés affaiblies

Le 15 mai 2018, Jean, après une soirée au restaurant avec ses amis, prend le volant pour rentrer à la maison.

En route vers sa résidence, il omet d’effectuer un arrêt obligatoire (stop) et est intercepté par les policiers en patrouille dans son quartier.

Un des policiers va à la rencontre de Jean. Il lui demande ses papiers (permis de conduire, certificat d’immatriculation et preuve d’assurance automobile) et lui indique la raison de son interception, soit d’avoir omis d’arrêter son véhicule automobile face à un panneau d’arrêt.

Lorsque Jean s’adresse au policier, ce dernier remarque que l’haleine de Jean sent l’alcool.

Suite à cette constatation, le policier indique à Jean qu’il sent « la boisson ». Jean lui indique alors qu’il arrive du restaurant et qu’il a pris un verre de vin avec son repas.

Le policier demande alors à Jean de sortir de son véhicule afin de procéder à un test à l’aide de l’appareil de détection d’alcool approuvé (ADA) .

Jean accepte d’effectuer le test de dépistage et obtient le résultat « FAIL » (échec).

Arrestation pour alcool au volant

Le policier met immédiatement Jean en état d’arrestation pour conduite avec les facultés affaiblies, lui donne ses droits et ordonne à Jean de le suivre au poste de police afin d’effectuer les prélèvements d’haleine nécessaires afin de déterminer son alcoolémie à l’aide d’un ivressomètre.

Une fois au poste de police, Jean fournit deux échantillons d’haleine et l’ivressomètre enregistre des résultats de 128 et 135 mg d’alcool par 100 ml de sang.

Le permis de conduire de Jean est immédiatement suspendu pour une période de 90 jours, soit du 15 mai au 13 août 2018 inclusivement.

Ainsi, Jean peut utiliser son permis de conduire à compter du 14 août 2014, sans aucune restriction, tant et aussi longtemps qu’il n’est pas reconnu coupable par la Cour ou qu’il plaide coupable à l’infraction reprochée, soit conduite avec les facultés affaiblies alors que son alcoolémie dépassait 80 mg d’alcool/100 ml de sang en vertu de l’article 253 du Code criminel canadien.

Sentence pour alcool au volant

Le 28 août 2018, Jean se présente à la Cour pour sa comparution et décide de plaider coupable d’avoir conduit son véhicule moteur avec plus de 80 mg d’alcool par 100 ml de sang.

Comme Jean n’a aucun antécédent judiciaire, le Juge impose alors une amende de $1200,00, une suramende de $360,00 ainsi que les frais de Cour. De plus, le Juge prononce une interdiction de conduire tout véhicule moteur, partout au Canada, pour une période d’une année et saisit le permis de conduire de Jean.

Évaluation sommaire demandée

Quelques semaines après avoir plaidé coupable, Jean reçoit une demande d’évaluation sommaire par la SAAQ. Le coût de cette évaluation est de $300,00 +taxes ($344,93).

Jean s’inscrit en ligne à cette évaluation et, quelques jours après son inscription, il reçoit un appel du CIUSSS (qui s’occupe du Programme d’évaluation et de réduction du risque de conduite avec les capacités affaiblies soit le PERRCCA) afin de fixer une date pour cette évaluation.

L’évaluation a lieu le 13 octobre 2018. Quelques jours après cette évaluation, Jean reçoit une confirmation du CIUSSS et la SAAQ à l’effet de l’évaluation sommaire est favorable.

La loi prévoit que même si le Juge a prononcé une interdiction de conduire pendant une période de 1 an, il est possible de récupérer son permis de conduire après une période de 3 mois si le contrevenant est inscrit à un programme prévoyant l’utilisation d’un antidémarreur.

Donc, comme l’évaluation sommaire est favorable, Jean peut récupérer son permis de conduire le 28 novembre 2018, soit 3 mois après son plaidoyer de culpabilité dans sa cause d’alcool au volant. Cependant, il doit obligatoirement faire installer un anti-démarreur dans son véhicule dès le 28 novembre 2018, à défaut de quoi, son permis de conduire demeurera révoqué tant et aussi longtemps qu’il n’aura pas un appareil éthylométrique fonctionnel dans son véhicule automobile.

De plus, il devra garder l’antidémarreur jusqu’au 28 août 2019, date à laquelle son permis de conduire ne sera plus sanctionné (soit un an après sa condamnation).

Que se passe-t-il si Jean refuse d’installer un éthylomètre dans son véhicule? Il lui sera strictement interdit de conduire un véhicule moteur pour une période d’une année.

***Veuillez prendre note que le Code criminel a été modifié et que de nouvelles sanctions plus sévères sont en vigueur depuis le 18 décembre 2018*** 

 

Lire aussi:

  • Évaluation sommaire non-favorable Vous avez plaidé coupable à une infraction d’avoir conduit un véhicule moteur alors que votre alcoolémie dépassait 80 mg d’alcool par 100 ml de sang? Il s’agit de votre première condamnation pour alcool au volant? L’alcoolémie révélée lors de votre arrestation, celle inscrite au […]
  • Garde et contrôle: présomption repoussée Alcool au Volant - Garde et contrôle Le juge Gilles Gaumond de la Cour municipale de la Ville de Québec a rendu, le 28 octobre 2013, un verdict d’acquittement dans une cause de garde et contrôle d’un véhicule moteur alors que l’accusé avait les facultés affaiblies ainsi qu’une […]
  • Arrêt des procédures prononcé pour délais déraisonnables (23 mois) Le Juge Gilles R. Pelletier de la Cour Municipale de Montréal a prononcé l'arrêt des procédures dans un dossier de facultés affaiblies car le délai des procédures judiciaires, entre le moment de la comparution de l'accusée et la journée de son procès, excédaient plus de 23 mois.
  • Attente d’une remorque: importance d’effectuer les tests d’ivressomètre le plus tôt possible Dans cette affaire, la défense présente une requête en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés au motif que les policiers n'ont pas procéder aux tests d'ivressomètre dans les meilleurs délais, tel que prescrit pas les dispositions du Code criminel, à cause de l'attente d'une […]
  • Le refus d’optempérer Une des défenses possibles à une accusation de refus d'obtempérer (souffler) est de démontrer clairement à la Cour que l'accusé ne pouvait physiquement pas effectuer le test ou que ce test était nuisible à sa santé.
  • La suspension de 90 jours et le permis restreint pour votre travail Votre permis de conduire a été suspendu par la SAAQ pour 90 jours suite à votre arrestation pour conduite avec les facultés affaiblies ou garde et contrôle? Pendant cette suspension, vous ne pouvez pas obtenir un permis restreint pour fins de travail, peu importe le type d'emploi que […]
  • Doute raisonnable: Acquittement Un agent de la Sûreté du Québec patrouillant dans le secteur de la municipalité de Disraeli remarque le véhicule de l’accusé qui ne s’immobilise pas complètement à un panneau d’arrêt (stop). Au même moment, une motocyclette doit effectuer un manœuvre afin d’éviter une collision avec […]
  • 29 minutes de trop…Acquittée29 minutes de trop…Acquittée L’accusée, dans cette cause, plaidait le fait que ses échantillons d’haleine n’avaient pas été prélevés dès que matériellement possible, tel que prévu par l’article 258 (1) du Code criminel et, par ce fait, violait ses droits constitutionnels protégés par la Charte Canadienne des droits […]
  • Alcool au volant et désordre post-traumatique : acquittement Dans une cause d'alcool au volant, une accusée est acquittée suite à une preuve en défense d'un désordre post-traumatique. Le juge déclare que l'accusée n'avait pas l'intention
  • Conduite avec les facultés affaiblies: acquittement Suite à son interception, un des policiers lui indique qu’il désire vérifier sa sobriété. Aucune odeur d’alcool n’est alors constatée par le policier. En fait, ce n’est qu’une fois que l’accusé est dans la voiture de police que l’agent constate une odeur d’alcool.
PARTAGEZ CETTE PAGE: